J'aime les livres et j'en suis fière

http://suny.zeblog.com/

Le temps qui passe...

« Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Suny? Yes, it's me

Suny Des livres, des livres, encore des livres... Ce que j'ai aimé lire, pourquoi ne pas donner envie aux autres de le lire aussi? Puis si vous avez envie de me conseiller des lectures, surtout faites-vous plaisir, la lectrice compulsive que je suis en sera ravie! Et enfin, elle sera aussi ravie de lire vos commentaires concernant les ouvrages présentés. ^^

L'administration

En stock

Choisis ton rayon

Derniers arrivages

Pages

Ce qui se passe dans le coin...

Puis y'a aussi les autres...

Fils RSS, trucs bizarres que je ne comprends pas, mais je les laisse, au cas où.

Le parfum - Patrick Süskind

Elégamment rédigé par Suny :: le 21/11/2007 à 19:07 :: Psychologique

Malgré toutes les éloges que j'ai lues et entendues à propos de ce livre, personnellement je ne l'ai pas trouvé si exceptionnel que ça. Pas désagréable à lire, une histoire relativement originale, des personnages dont la psychologie est fort bien développée, mais bon, j'ai pas eu d'orgasme et même que je me suis un peu ennuyée, parfois. Autant certains passages peuvent être vraiment prenants, autant d'autres traînent dans la longueur et à force l'oeil part un peu en diagonale, malgré les jolies tournures de phrases.

Et puis la fin, après toute cette attente, c'est comme un gateau dévoré en deux secondes après des heures de préparation, un peu comme si l'auteur ne savait plus trop quoi dire à la fin alors il s'est dit "tiens, on va mettre ça, c'est rigolo, puis au moins on en est débarrassés une bonne fois pour toutes"...

 

 

L’histoire abominable et drolatique de Jean-Baptiste Grenouille a déjà fait rire et frémir, en quelques mois, des centaines de milliers de lecteurs allemandes et italiens. La voilà, en somme, réimportée en France, puisque c’est ici qu’elle se passe, à Paris et en Provence, en plein XVIIIe siècle.

Ce vrai roman, ce roman d’aventures, est aussi un merveilleux conte philosophique à la Voltaire. Il y est d’ailleurs beaucoup question d’essences…

« Car l’odeur était sœur de la respiration. Elle pénétrait dans les hommes en même temps que celle-ci ; ils ne pouvaient se défendre d’elle, s’ils voulaient vivre. Et l’odeur pénétrait directement en eux jusqu’à leur cœur, et elle y décidait catégoriquement de l’inclination et du mépris, du dégoût et du désir, de l’amour et de la haine. Qui maîtrisait les odeurs maîtrisait le cœur des hommes. »

 

Patrick Süskind est née en 1949 à Ambach, en Bavière. Il a fait des études littéraires à Munich et à Aix-en-Provence et exerce le métier de scénariste. Outre ce premier roman, il a écrit une pièce de théâtre à un personnage, La Contrebasse.

 

La musique du hasard - Paul Auster

Elégamment rédigé par Suny :: le 03/08/2007 à 14:51 :: Psychologique

Voilà une histoire quelque peu étrange... On pourrait penser que la morale, tout simplement, est : ne jouez pas votre argent aux jeux, mais je pense (d'ailleurs c'est assez évident, sinon, franchement, l'histoire n'a pas vraiment d'intérêt) que c'est plus profond que ça.

Je ne saurais vraiment dire pourquoi j'ai aimé ce roman. Au fond, il n'y a pas réellement de grosses actions, excepté peut-être à la fin. Peut-être la façon dont les personnages sont développés, leur façon de penser, leurs originalités. Peut-être aussi cette relation amicale, presque tendre, qui s'instaure entre deux inconnus, par le plus pur des hasards. Ou encore la possibilité de cette situation malgré sont invraisemblance...

Je ne sais pas, mais j'ai pris plaisir à lire ce roman, c'est l'essentiel.

Ce qui l'ont lu et qui en ont compris la signification profonde sont bien évidemment les bienvenus pour éclairer ma lanterne. ^^

 

 

Nashe, ex-pompier de Boston qui a hérité de deux cent mille dollars, rencontre Pozzi, joueur de poker professionnel, alors qu'il sillonne l'Amérique sans but particulier. Fort du soutien de son compagnon de hasard, il décide d'investir le restant de sa fortune dans une partie supposée sans risques contre deux millionnaires excentriques, Flower et Stone. C'est alors que l'extravagant commence...

Ecrivant l'errance dans l'espace américain ou le huis clos de tous les dangers, Paul Auster interroge ici avec une étonnante maîtrise romanesque les thèmes qui lui sont chers - l'incertitude de l'identité, l'absurdité du hasard et la perte du sens commun.

 

Vous trouverez les diverses éditions de La musique du hasard neuves et d'occasion sur Chapitre.com.

La moustache - Emmanuel Carrère

Elégamment rédigé par Suny :: le 23/06/2007 à 10:49 :: Psychologique

Alors tout d'abord, je tiens à remercier Florinette de m'avoir donné envie de lire ce livre grâce à son excellente critique. C'est rare d'adorer déjà un bouquin alors qu'on ne l'a même pas encore lu, et là, pour moi c'était le cas...

 

Maintenant, entrons dans le vif du sujet. Ce livre est vraiment hors du commun. À peine installé dedans, on entre déjà dans un univers tout à fait dérangeant, agaçant, on veut comprendre et quand on croit avoir un élément de réponse, un nouvel événement vient tout chambouler.

Toute cette histoire à cause d'une simple moustache, quelques malheureux poils qui vont déstabiliser complètement la vie d'un homme qui jusque là était tout à fait normale, tranquille, saine... C'est très difficile de décrire ce que l'on ressent tout au long de la lecture. Pas une seule seconde on n'a le temps de s'ennuyer, pas une seule seconde ne on peut cesser de se demander ce qui se passe, ce qui va se passer, et surtout ce qui s'est passé, à quel moment tout a dégénéré, et pourquoi.

 

La seule chose que je reprocherais à ce livre c'est de laisser le lecteur, à la fin, dans son trouble, sans les réponses qu'il espérait. C'est fait exprès, je le sais bien. Mais c'est énervant... alors je cherche encore, mais je doute trouver un jour la réponse.

Juste un conseil, encore : si comme moi vous lisez dans un peu toutes les situations, évitez seulement de lire les dernières pages au petit déjeuner. C'est mal passé (ouais je suis assez sensible le matin).

À part ça, aucune contre-indication, dévorez-le jusqu'à la fin, il le vaut bien!

 

 

Un jour, pensant faire sourire votre femme et vos amis, vous rasiez la moustache que vous portiez depuis dix ans. Personne ne le remarque ou, pire, chacun feint de ne pas l'avoir remarqué, et c'est vous qui souriez jaune. Tellement jaune que, bientôt, vous ne souriez plus du tout. Vous insistez, on vous assure que vous n'avez jamais eu de moustache. Deviendriez-vous fou? Voudrait-on vous le faire croire? Ou quelque chose, dans l'ordre du monde, se serait-il détraqué à vos dépens? L'histoire, en tout cas, finit forcément très mal et, d'interprétations impossibles en fuite irraisonnée, ne vous laisse aucune porte de sortie. Ou bien si, une, qu'ouvrent les dernières pages et qu'il est fortement déconseillé d'emprunter pour entrer dans le livre. Vous voici prévenu.

 

Appel à mes collègues lecteurs qui l'ont déjà lu : si vous avez des explications, je suis open (pitié, sortez-moi de là, c'est infernal ^^).

Copyright © Suny - Blog créé avec ZeBlog