J'aime les livres et j'en suis fière

http://suny.zeblog.com/

Le temps qui passe...

« Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Suny? Yes, it's me

Suny Des livres, des livres, encore des livres... Ce que j'ai aimé lire, pourquoi ne pas donner envie aux autres de le lire aussi? Puis si vous avez envie de me conseiller des lectures, surtout faites-vous plaisir, la lectrice compulsive que je suis en sera ravie! Et enfin, elle sera aussi ravie de lire vos commentaires concernant les ouvrages présentés. ^^

L'administration

En stock

Choisis ton rayon

Derniers arrivages

Pages

Ce qui se passe dans le coin...

Puis y'a aussi les autres...

Fils RSS, trucs bizarres que je ne comprends pas, mais je les laisse, au cas où.

Trajets et itinéraires de l'oubli - Serge Brussolo

Elégamment rédigé par Suny :: le 02/12/2007 à 16:41 :: Inclassables

Ce livre m'a gentiment été offert par Antigone à l'occasion du swap thé et littérature de Loutarwen. ça faisait quelque temps que j'entendais parler de cet auteur, en de très bon termes, alors j'ai eu envie de le découvrir aussi.

Pourtant, j'ai été plutôt déçue. Je n'ai pas trop eu le temps de me faire chier, vu que la lecture est tout de même assez rapide, mais bon, je n'ai pas vraiment réussi à trouver où se situait l'intérêt de l'histoire, certes elle est originale mais ça ne suffit pas pour être intéressante...

Enfin bon, voilà, j'ai voulu, j'ai vu, j'essaierai plus (ou alors pas tout de suite). ^^

 

 

Une fois par semaine, Georges s'aventure dans le musée, monstrusité architecturale et labyrinthe à la fois fascinant et cauchemardesque. Il passe de salle en salle, d'escalier en escalier, à la recherche de sa femme partie en faire l'inventaire trois ans plus tôt. Quels secrets lui a-t-elle cachés? Quels mensonges l'ont conduite à se perdre sans espoir de retour dans ce gigantesque piège?

 

Virgin suicides - Jeffrey Eugenides

Elégamment rédigé par Suny :: le 05/11/2007 à 19:27 :: Inclassables

(Précédemment paru sous le titre Les vierges suicidées)

 

J'ai eu du mal à en voir le bout, mais j'y suis arrivée, enfin... Que la noble âme qui m'a offert ce livre me pardonne, mais malgré tout mon enthousiasme, j'ai vraiment pas accroché. Autant j'avais moyennement apprécié le film, autant le livre... ben c'est pareil, peut-être pire d'ailleurs, car ça me semble tellement confus cette histoire que quelques images pour me remettre les idées en place n'auraient pas été de trop.

L'idée de base est plutôt originale, certes, l'ambiance très particulière, soit. Mais justement, j'ai eu l'impression que l'auteur a trop cherché l'anecdotique, l'original, le sensationnel, pour finalement laisser le tout retomber à chaque fois comme un soufflé. À chaque fois que j'ai trouvé un passage intéressant, il était gâché par une chute à pic suivie d'un long laïus vague, des tonnes de détails dont je n'ai pas réussi à trouver la réelle utilité, des considérations mièvres... bref, je crois que je vais m'arrêter là pour le massacre. ^^

(ça se voit pas là, mais je suis en train de chercher un point positif, je sais qu'il y en a un...)

Bon en fait je ne saurais vous dire quel est ce point positif. Il y a un petit quelque chose dans cette histoire qui m'a touchée, je ne saurais dire quoi. Non, vraiment, je ne trouve pas le mot... (ouais je sais elle est pourrie cette critique). Ah si, peut-être cette façon presque tendre de décrire le morbide (comment ça je m'enfonce?).

 

 

"M. Lisbon continuait d'essayer de la dégager, doucement, mais même dans notre ignorance nous savions que c'était sans espoir et qu'en dépit des yeux ouverts de Cecilia et de sa bouche qui ne cessait de se contracter, ce n'étaient que les nerfs et qu'elle avait réussi à s'arracher du monde."

Des adolescents amoureux s'efforcent de percer le mystère des filles Lisbon. Du haut d'une cabane nichée dans les arbres, ils passent leur temps à scruter les fenêtres de leur maison.

Vingt ans plus tard, ils rassemblent des fragments de ragots et de ouï-dire, de conversations téléphoniques, de rapports de médecins et de confessions crues et tourmentées. Autant de pièces à conviction qui expliqueront peut-être les morts successives de Cecilia, Therese, Bonnie, Lux et Mary.

 

Un jour, je serai grande ! - Christelle Héron

Elégamment rédigé par Suny :: le 24/10/2007 à 22:37 :: Inclassables

Ce soir, j'ai le grand honneur de vous présenter un petit recueil de textes tout à fait délicieux, tout droit sorti de la plume de Christelle Héron, alias Antigone. Parce que oui, j'ai eu la bonne surprise en ouvrant mon colis swap de découvrir que ma swappeuse était elle aussi une amoureuse des mots, sauf que elle, elle a eu le courage de les faire éditer!

Et d'ailleurs, elle a bien fait.

On y trouve quatorze petits textes plein de tendresse, d'humour et d'émotions, et parfois de souvenirs cuisants... (Cour de récréation, c'est moi il y a une dizaine d'années, vraiment troublant...).

 

 

Quelques citations :

 

"(...) Lundi. 9h00. Dernier arrêt.

Pointeuse. Ascenseur.

Mon bureau silencieux.

Ouf! Il est l'heure de travailler.

Je vais enfin pouvoir souffler."

[Extrait de Petit trajet matinal]

 

"Les "autres" n'ont pas peur. Ils ne se sentent pas sales. Ils jouent à "je te regarde le plus longtemps parce que je suis le plus fort". C'est vrai, ils sont plus forts, ils sont cinq, et je suis seule."

[Extrait de Les autres]

 

"Je m'éloigne de la maison. Je prends le chemin qui coule vers la rivière. De petits cailloux volent dans mes rayons, dans un bruit de carillon. Je passe la passerelle étroite et je suis de l'autre côté, du côté des possibles."

[Extrait de À bicyclette]

 

Bon je vais pas non plus tout vous raconter, hein.

Vous trouverez cette petite merveille ici!

Et merci encore Antigone pour ce joli cadeau. :)

 

Autobiographie d'une Courgette - Gilles Paris

Elégamment rédigé par Suny :: le 20/10/2007 à 13:53 :: Inclassables

Celui-là, jamais entendu parler avant de tomber par hasard desus à la bibliothèque et de le prendre faute de trouver ceux que j'avais déjà en tête. Et je me dis que des fois, le hasard fait vraiment bien les choses, parce que vraiment, ce roman mérite d'être élu coup de coeur du mois au même titre que Cellulaire (même si ça n'a vraiment rien à voir...).

Rien à voir non plus avec l'exécrable Autobiographie d'une tueuse... Cette autobiographie-là (autobiographie fictive hein, c'est un roman) est celle d'un enfant, Courgette, qui raconte comment il s'est retrouvé dans un foyer pour enfants et sa vie au sein de ce foyer. C'est raconté avec la naïveté et la franchise propres à un enfant d'à peine dix ans. C'est drôle, c'est tendre, parfois émouvant, c'est tout simplement une petite merveille de bonheur.

ça fait du bien, tout simplement.

 

 

"Depuis tout petit, je veux tuer le ciel à cause de maman qui me dit souvent :

- Le ciel, ma Courgette, c'est grand pour nous rappeler qu'on est pas grand chose dessous.

- La vie, ça ressemble en pire à tout ce gris du ciel avec ces saloperies de nuages qui pissent que du malheur.

- Tous les hommes ont la tête dans les nuages. Qu'ils y restent donc, comme ton abruti de père qui est parti faire le tour du monde avec une poule.

Des fois, maman dit n'importe quoi..."

Ainsi commence l'histoire de Courgette, un petit garçon de neuf ans, qui à défaut de tuer le ciel, tue accidentellement sa mère. Placé dans une maison d'accueil, il d'écouvre l'amitié et les prémices des amours enfantines.

Entre fous rires et larmes, naïveté et émotion, l'apprentissage d'une vie...

 

L'ignorance - Milan Kundera

Elégamment rédigé par Suny :: le 26/09/2007 à 19:37 :: Inclassables

Comment dire...

Bof. Ouais, bof, ça résume bien. En gros, je ne suis pas vraiment transcendée.

Sous couvert d'une histoire plutôt banale, il faut le dire, ce livre se veut porteur d'un message, mais lequel exactement, je ne saurais vous le dire, ça reste un peu confus... Peut-être veut-il simplement illustrer la souffrance que peuvent ressentir des personnes émigrées un peu de force de leur pays, puis d'y retourner sans réellement ressentir grand chose, mais bon, ça reste assez subjectif je suppose, enfin je sais pas, je n'ai émigré que de Bretagne et j'y retourne régulièrement alors c'est certainement pas pareil. Ou alors cherche-t-il simplement à retracer à échelle humaine, individuelle, les problèmes qu'a causés le communisme en Europe de L'Est dans les années 1970-80, mais bon, personnellement, au risque d'en faire hurler certains, les conflits de ce genre, avec des gens qui cherchent à imposer leurs convictions, ça me soule, et vu que l'histoire de l'humanité, de l'Europe plus particulièrement, est globalement faite que de ça, ben l'histoire de l'Europe ça me soule aussi, aussi bien celle de l'Europe de L'Est que celle de l'Europe Occidentale (oui, je l'admets et je le hurle, les Guerres Mondiales et tout le tintouin j'en ai rien à taper, ça m'ennuie à un point inimaginable).

Bon du coup, je me suis légèrement écartée du sujet, j'en étais où? Ah ouais. Ce livre m'a soulé. Je n'irais pas jusqu'à dire que je l'ai trouvé nul sur tous les points, mais dans la globalité, je n'ai pas réussi à y trouver un réel intérêt.

 

 

Sur l'avenir, tout le monde se trompe. L'homme ne peut être sûr que du moment présent. Mais est-ce bien vrai? Peut-il vraiment le connaître, le présent? Est-il capable de le juger? Bien sûr que non. Car comment celui qui ne connaît pas l'avenir pourrait-il comprendre le sens du présent? Si nous ne savons pas vers quel avenir le présent nous mène, comment pourrions-nous dire que ce présent est bon ou mauvais, qu'il mérite notre adhésion, notre méfiance ou notre haine?

 

PS : après relecture attentive du quatrième de couverture, il semblerait que le message caché concerne le présent, l'avenir, peut-être un peu le passé aussi? Bref, toujours pas saisi, suis-je un peu limitée, ou...?

 

Les particules élémentaires - Michel Houellebecq

Elégamment rédigé par Suny :: le 12/09/2007 à 18:16 :: Inclassables

Si je devais décrire ce livre en un seul mot et sans réfléchir, le premier mot qui me viendrait à l'esprit serait : chelou. Je ne m'attendais vraiment pas à ça. Bon, je ne m'attendais à rien du tout, vu que je découvre cet auteur avec cet ouvrage. Mais quand même, ce livre me laisse perplexe.

L'histoire et l'idéologie de fond en elles-mêmes m'ont plu. Le message que porte ce livre est tout à fait dans mon ordre d'idées. De plus, cette histoire, qui est bien une fiction, même si parfois on arrive presque à en douter, est blindée de culture générale, de réflexions très intéressantes dans une multitude de domaines. L'auteur ne se contente pas d'étaler bêtement son savoir sans raison apparente, il l'insère vraiment dans l'histoire et y apporte son propre avis. J'avoue que si je devais donner mon avis sur Houellebecq, j'hésiterais entre le génie et le type qui pète plus haut que son cul. Mais ce qui est certain, c'est qu'il a vraiment son style et sa personnalité propres, et même si parfois l'histoire dérange, même si parfois on se perd un peu dans les considérations philosophiques, même si parfois ça frise la pornographie, je crois bien que j'ai aimé ce livre, particulièrement sa chute. J'en profite pour citer la toute dernière phrase de l'ouvrage qui n'a pas vraiment de sens hors de son contexte, mais qui je trouve résume bien l'idée : "Ce livre est dédié à l'homme."

Maintenant, je crois qu'il m'en faudrait un autre pour me faire une idée plus précise. ^^

 

 

Les particules élémentaires est la chronique du déclin d'une civilisation - la nôtre - qu'illustre l'existence plate et morose de deux demi-frères, Michel et Bruno, confrontés à leur misérable condition.

Car tandis que Bruno s'abîme dans une quête désespérée du plaisir sexuel, la vie amoureuse de Michel continue d'être un pitoyable désastre. Ni résigné, si satisfait, ce dernier, chercheur en biologie, reste persuadé que ses travaux seront déterminants pour l'avènement d'une nouvelle espèce, asexuée et immortelle, et la disparition - enfin! - de l'humanité.

 

(Nouveau : système de notation en période de test. ^^)

Sur le bord de la rivière Piedra, je me suis assise et j'ai pleuré - Paulo Coelho

Elégamment rédigé par Suny :: le 26/08/2007 à 18:50 :: Inclassables

Que dire... Très religieux, ce bouquin. Le catholicisme ne me passione pas des masses (pas plus que les autres religions d'ailleurs), mais là, Coelho nous offre une vision tout à fait intéressante de la religion, de sa façon de concevoir Dieu, à travers une histoire d'amour un peu hors du commun.

J'avoue que certains passages hautement philosophiques m'ont un peu laissée à la masse (moi pas philosophe, du moins je suis la seule à me comprendre et je ne comprends pas les autres...), mais dans la globalité, vraiment, j'ai aimé ce livre, parce qu'au final c'est une jolie leçon d'optimisme, d'abandon de soi pour l'autre, de confiance en l'amour et surtout en la vie.

En tout cas, merci à Gala de me l'avoir fait découvrir grâce à cet échange. ^^

 

 

Une histoire d'amour renferme tous les secrets du monde. Pilar et son compagnon se sont connus dans l'enfance, éloignés au cours  de leur adolescence, et voici qu'ils se retrouvent onze ans plus tard. Elle, une femme à qui la vie a appris à être forte et à ne pas se laisser déborder par ses sentiments. Lui, un homme qui possède le don de guérir les autres et cherche dans la religion une solution à ses conflits intérieurs.

Tous deux sont unis par le désir de changer et de poursuivre leurs rêves. Pour y parvenir, il leur faudra surmonter bien des obstacles : la peur de se donner, le sentiment de la faute, les préjugés. Pilar et son compagnon décident alors de se rendre dans un petit village des Pyrénées, pour découvrir leur propre vérité.

S'il relate avec poésie, et des dialogues très modernes, une rencontre amoureuse, Paulo Coelho nous plonge aussi dans les mystères de la divinité. Car, rappelle-t-il, "l'expérience spirituelle est avant tout une expérience pratique d'amour".

Autobiographie d'une tueuse - Brigitte Kernel

Elégamment rédigé par Suny :: le 21/08/2007 à 17:28 :: Inclassables

J'ai mis du temps, mais j'avais hâte de terminer ce bouquin... Non pas pour connaître la fin, de toute façon on la connaît dès le début (eh oui, la vieille elle va crever, étonnant, non?), mais parce que j'en avais marre, je me suis fait chier, pouvez pas imaginer...

Pourtant, c'est dommage, l'idée était bonne, vraiment bonne. Je pensais y trouver du sombre, du cynique mais quelque chose de drôle, une petite perle d'humour noir... Que tchi, c'est mièvre, c'est plat, les surprises ne sont même pas surprenantes, les petits mystères sont en toc, c'est parsemé de stéréotypes, les ficelles sont épaisses comme des cordes, puis surtout c'est écrit sans passion, du moins je n'en ai pas ressenti la moindre. C'est vieillot, les personnages sont vieillots, les situations sont vieillotes, et pourtant l'auteure n'a pas l'air si vieille que ça... Peut-être s'est-elle un peu trop mise dans la peau de son personnage principal?

Et tout cas, je suis bien déçue, mais soulagée de m'en être enfin débarrassée...

 

 

Les morts naturelles se succèdent dans le petit bourg de Neuves-Maisons. Eugénie, 82 ans, n'est pas encore la doyenne, mais compte bien le devenir.

Tuer est facile, Eugénie se distrait et se venge ainsi de tout ce qu'elle croit avoir subi. Personne n'a jamais soupçonné en elle une criminelle. Qui pourrait imaginer qu'elle a déjà éliminé tant de personnes?

Quand elle ne tue pas, Eugénie ne manque jamais son émission préférée, Retrouvailles, animée par la charmante Clémence, qu'elle admire jusqu'à l'obsession. Elle lui écrit, lui demande des autographes... Pas de réponse. Eugénie décide alors d'agir et de participer à ce programme télé pour se rapprocher de l'animatrice... Aux risques et périls de tout le monde.

 

Allez, je vais me taper un Barjavel, au moins je suis sûre de ne pas être déçue...

Petits suicides entre amis - Arto Paasilinna

Elégamment rédigé par Suny :: le 09/08/2007 à 19:39 :: Inclassables

Après Le lièvre de Vatanen, mon second Paasilinna. Que dire... On retrouve ici la simplicité de style, le sens du détail concernant les lieux et les personnages, les situations loufoques...

Tout comme Le lièvre de Vatanen, je ne dirais pas que c'est un indispensable à lire absolument. L'histoire est sympa et plutôt originale, mais je lui reproche justement de trop s'appuyer sur des futilités, d'alourdir ses phrases de détails qui m'ont souvent semblé inutiles et auraient pu laisser la place à des éléments plus importants pour bien renforcer l'histoire.

Au-delà de cela, c'est un joli voyage à travers la Finlande puis le reste de l'Europe. Son sens du détail est ici profitable puisqu'on peut presque parfaitement imaginer les lieux dans lesquels la troupe de personnages se rend lors de cette expédition peu commune.

Avis mitigé, donc, mais bon, je l'ai tout de même fini, c'est déjà bon signe. ^^

 

 

"SONGEZ-VOUS AU SUICIDE?

Pas de panique, vous n'êtes pas seul.

Nous sommes plusieurs à partager les mêmes idées, et même un début d'expérience. Ecrivez-nous en exposant brièvement votre situation, peut-être pourrons-nous vous aider. Joignez vos nom et adresse, nous vous contacterons. Toutes les informations recueillies seront considérées comme strictement confidentielles et ne seront communiquées à aucun tiers. Pas sérieux s'abstenir. Veuillez adresser vos réponses Poste restante, Bureau central de Helsinki, nom de code Essayons ensemble."

Deux suicidaires se retrouvent fortuitement dans une vieille grange où ils souhaitaient partir tranquilles. Entravés dans leurs funestes projets, ils se mettent en tête de rassembler d'autres désespérés pour monter une association. Commence alors, à bord d'un car de tourisme flambant neuf, un périple loufoque mené à un train d'enfer, des falaises de l'océan Arctique jusqu'au cap Saint-Vincent au Portugal pour un saut de l'ange final. Un récit désopilant doublé d'une réflexion mordante sur le suicide.

 

Retrouvez ce roman sur Chapitre.com.

Le druide - Yann Brékilien

Elégamment rédigé par Suny :: le 02/08/2007 à 18:02 :: Inclassables

C'est très simple : j'ai a-do-ré. Ce livre est une pure merveille. Il est pourtant assez aléatoire d'écrire un roman un tant soit peu crédible sur la vie d'un druide et les moeurs de cette époque si lointaine qu'est celle des Gaulois. Pourtant, Yann Brékilien parvient à allier ici une histoire passionnante et un document tout à fait réaliste sur ce qu'a pu être la vie de nos ancêtres. Parce qu'on a beau être bien documenté, il reste toujours une part de flou et de suppositions, surtout concernant un peuple dont le principal moyen de transmission était l'oralité.

Outre l'aspect documentaire, l'auteur nous fait plonger au coeur des diverses aventures de ce jeune druide promis à un grand avenir. On vit avec lui son accession au fameux poste, puis son évolution vers les sommets. On ressent avec lui le bonheur, la déception, la fierté puis la honte, l'amour puis la haine. On se plonge sans regrets dans la vie de ce druide qui malgré tout, reste un homme comme un autre.

 

 

Dans le petit village de Kastrix, les mois de cantlos tire à sa fin. Bientôt ce sera la nuit de samonios, nuit de toutes les merveilles, où le monde des morts et celui des vivants communiquent. Avec ses huit camarades, Dervos s'apprête à passer l'examen qui fera de lui un druide. Le premier druide des Gaules, Lugubranos, viendra en personne interroger les candidats. Vingt années qu'ils se préparent : ils ont appris plusieurs dizaines de milliers de vers par coeur, sur tous les sujets, botanique, histoire, médecine, religion...

À quoi servent tant de connaissances? Qu'attend-on d'un druide? Tout, pourrait-on répondre. Il sera, selon les cas, prêtre, enseignant, médecin, magistrat, ministre... On l'appellera pour chasser des loups qui terrorisent un village, déterminer l'emplacement d'un nouveau pont, préparer la succession d'un roi après sa mort. Dans la Gaule, les druides forment une sorte de caste d'administrateurs politiques et religieux, véritable ciment de la société.

Dervos va connaître une ascension fulgurante. Il conseillera les puissants, sera couvert d'honneurs, rencontrera l'archidruide dans sa lointaine île de Mona, ce vieillard ascétique qui domine la vie de toute l'Europe celtique... Mais, on le verra, à toutes les époques, convoitise et corruption guettent les hommes proches du pouvoir...

Un grand roman, par un grand spécialiste de la Gaule et des Gaulois.

 

Diplômé d'études celtiques de la faculté de Rennes, Yann Brékilien, qui vit à Quimper, a publié une trentaine d'ouvrages, dont La Mythologie celtique, La Louve et le Sanglier, Les Cavaliers du bout du monde.

 

Le druide est disponible neuf et d'occasion sur Chapitre.com.

 

Copyright © Suny - Blog créé avec ZeBlog