J'aime les livres et j'en suis fière

http://suny.zeblog.com/

Le temps qui passe...

« Septembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Suny? Yes, it's me

Suny Des livres, des livres, encore des livres... Ce que j'ai aimé lire, pourquoi ne pas donner envie aux autres de le lire aussi? Puis si vous avez envie de me conseiller des lectures, surtout faites-vous plaisir, la lectrice compulsive que je suis en sera ravie! Et enfin, elle sera aussi ravie de lire vos commentaires concernant les ouvrages présentés. ^^

L'administration

En stock

Choisis ton rayon

Derniers arrivages

Pages

Ce qui se passe dans le coin...

Puis y'a aussi les autres...

Fils RSS, trucs bizarres que je ne comprends pas, mais je les laisse, au cas où.

Ça déménage !

Elégamment rédigé par Suny :: le 17/09/2011 à 15:42 :: Général
Et c'est par là que ça se passe :

J'aime les livres et j'en suis fière 2

Ça faisait longtemps, hein ? ^^

Hey!!

Elégamment rédigé par Suny :: le 15/01/2008 à 21:32 :: Général

Devinez qui c'est qui vient faire coucou!! Eeeeh non, toujours pas morte, plusieurs personnes on bien essayé de m'achever, durant ce mois d'absence, mais j'ai la peau dure...

Alors, que dire... Bon déjà, commençons par les traditionnels voeux pour la nouvelle année, j'espère que 2008 sera, pour tous ceux qui lisent ces lignes (puis les autres aussi hein), un bon millésime (meilleur que 2007 en tout cas, visiblement ça a été une bonne année pour très peu de monde...).

Poursuivons par des petites explications sur ce silence prolongé... de plus d'un mois! Disons que, même si je continue de lire (à un rythme un peu moins soutenu tout de même, j'ai des exams alors il faut quand même que je révise un minimum...), en ce moment je n'ai plus beaucoup d'enthousiasme à blablater là dessus, je ne saurais vous dire pourquoi mais c'est comme ça, mes livres je les lis puis je les range et puis c'est fini, pas envie de me creuser la tête à expliquer ce que j'ai ressenti à les lire...

Alors voilà, je sais que je vais briser des coeurs (ouais c'est bon j'rigole...), mais pour le moment, ce blog sera mis en mode pause... Je ne peux franchement pas dire s'il reprendra un jour, et si oui si ça sera dans longtemps ou pas, on verra bien... J'essaierai tout de même de rendre visite de temps en temps aux quelques blogueuses qui avaient l'habitude de me voir traîner chez elles, mais faute de temps, je ne promets rien... :(

Je prends tout de même quelques minutes par jour pour poster une petite photo, , si ça vous tente de passer faire coucou vous êtes les bienvenus bien évidemment!

Pour terminer, je tiens particulièrement à remercier Florinette pour sa petite carte de bonne année, à laquelle, honte à moi, je n'ai pas répondu, ainsi que Messaline pour son petit mail (auquel j'ai répondu aujourd'hui même ^^).

J'espère pouvoir me remettre bientôt à mes critiques, on verra bien, et peut-être parvenir enfin à aboutir mon projet de déménager...

Dans tous les cas vous serez tenus au courant, chers fans inconditionnels! ^^

King Kong Théorie

Elégamment rédigé par Suny :: le 03/12/2007 à 16:53 :: Virginie Despentes

Le première chose qui aurait tendance à me venir à l'esprit après lecture de ce livre serait "prends-toi ça dans ta tête", mais je pense que ça serait pas assez précis pour décrire son impact sur mon neurone.

Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est une révélation, parce qu'au fond, tout ça, c'est un peu ce que je pense (bon d'accord, je n'ai pas subi le viol ni testé la prostitution), mais là, c'est dit avec une telle justesse, une telle franchise que je ne peux que crier au génie.

Je pense que chaque femme, mais aussi les hommes, devraient prendre connaissance du contenu de cet essai. ça en ferait réfléchir plus d'un, et ça serait pas un mal, à mon avis...

 

 

"J'écris de chez les moches, pour les moches, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf, aussi bien que pour les hommes qui n'ont pas envie d'être protecteurs, ceux qui voudraient l'être mais ne savent pas s'y prendre, ceux qui ne sont pas ambitiux, ni compétitifs, ni bien membrés. Parce que l'idéal de la femme blanche séduisante qu'on nous brandit tout le temps sous le nez, je crois bien qu'il n'existe pas."

En racontant pour le première fois comment elle est devenue Virginie Despentes, l'auteur de Baise-moi conteste les discours bien-pensants sur le viol, la protitution, la pornographie. Manifeste pour un nouveau féminisme.

 

Trajets et itinéraires de l'oubli - Serge Brussolo

Elégamment rédigé par Suny :: le 02/12/2007 à 16:41 :: Inclassables

Ce livre m'a gentiment été offert par Antigone à l'occasion du swap thé et littérature de Loutarwen. ça faisait quelque temps que j'entendais parler de cet auteur, en de très bon termes, alors j'ai eu envie de le découvrir aussi.

Pourtant, j'ai été plutôt déçue. Je n'ai pas trop eu le temps de me faire chier, vu que la lecture est tout de même assez rapide, mais bon, je n'ai pas vraiment réussi à trouver où se situait l'intérêt de l'histoire, certes elle est originale mais ça ne suffit pas pour être intéressante...

Enfin bon, voilà, j'ai voulu, j'ai vu, j'essaierai plus (ou alors pas tout de suite). ^^

 

 

Une fois par semaine, Georges s'aventure dans le musée, monstrusité architecturale et labyrinthe à la fois fascinant et cauchemardesque. Il passe de salle en salle, d'escalier en escalier, à la recherche de sa femme partie en faire l'inventaire trois ans plus tôt. Quels secrets lui a-t-elle cachés? Quels mensonges l'ont conduite à se perdre sans espoir de retour dans ce gigantesque piège?

 

Le parfum - Patrick Süskind

Elégamment rédigé par Suny :: le 21/11/2007 à 19:07 :: Psychologique

Malgré toutes les éloges que j'ai lues et entendues à propos de ce livre, personnellement je ne l'ai pas trouvé si exceptionnel que ça. Pas désagréable à lire, une histoire relativement originale, des personnages dont la psychologie est fort bien développée, mais bon, j'ai pas eu d'orgasme et même que je me suis un peu ennuyée, parfois. Autant certains passages peuvent être vraiment prenants, autant d'autres traînent dans la longueur et à force l'oeil part un peu en diagonale, malgré les jolies tournures de phrases.

Et puis la fin, après toute cette attente, c'est comme un gateau dévoré en deux secondes après des heures de préparation, un peu comme si l'auteur ne savait plus trop quoi dire à la fin alors il s'est dit "tiens, on va mettre ça, c'est rigolo, puis au moins on en est débarrassés une bonne fois pour toutes"...

 

 

L’histoire abominable et drolatique de Jean-Baptiste Grenouille a déjà fait rire et frémir, en quelques mois, des centaines de milliers de lecteurs allemandes et italiens. La voilà, en somme, réimportée en France, puisque c’est ici qu’elle se passe, à Paris et en Provence, en plein XVIIIe siècle.

Ce vrai roman, ce roman d’aventures, est aussi un merveilleux conte philosophique à la Voltaire. Il y est d’ailleurs beaucoup question d’essences…

« Car l’odeur était sœur de la respiration. Elle pénétrait dans les hommes en même temps que celle-ci ; ils ne pouvaient se défendre d’elle, s’ils voulaient vivre. Et l’odeur pénétrait directement en eux jusqu’à leur cœur, et elle y décidait catégoriquement de l’inclination et du mépris, du dégoût et du désir, de l’amour et de la haine. Qui maîtrisait les odeurs maîtrisait le cœur des hommes. »

 

Patrick Süskind est née en 1949 à Ambach, en Bavière. Il a fait des études littéraires à Munich et à Aix-en-Provence et exerce le métier de scénariste. Outre ce premier roman, il a écrit une pièce de théâtre à un personnage, La Contrebasse.

 

Virgin suicides - Jeffrey Eugenides

Elégamment rédigé par Suny :: le 05/11/2007 à 19:27 :: Inclassables

(Précédemment paru sous le titre Les vierges suicidées)

 

J'ai eu du mal à en voir le bout, mais j'y suis arrivée, enfin... Que la noble âme qui m'a offert ce livre me pardonne, mais malgré tout mon enthousiasme, j'ai vraiment pas accroché. Autant j'avais moyennement apprécié le film, autant le livre... ben c'est pareil, peut-être pire d'ailleurs, car ça me semble tellement confus cette histoire que quelques images pour me remettre les idées en place n'auraient pas été de trop.

L'idée de base est plutôt originale, certes, l'ambiance très particulière, soit. Mais justement, j'ai eu l'impression que l'auteur a trop cherché l'anecdotique, l'original, le sensationnel, pour finalement laisser le tout retomber à chaque fois comme un soufflé. À chaque fois que j'ai trouvé un passage intéressant, il était gâché par une chute à pic suivie d'un long laïus vague, des tonnes de détails dont je n'ai pas réussi à trouver la réelle utilité, des considérations mièvres... bref, je crois que je vais m'arrêter là pour le massacre. ^^

(ça se voit pas là, mais je suis en train de chercher un point positif, je sais qu'il y en a un...)

Bon en fait je ne saurais vous dire quel est ce point positif. Il y a un petit quelque chose dans cette histoire qui m'a touchée, je ne saurais dire quoi. Non, vraiment, je ne trouve pas le mot... (ouais je sais elle est pourrie cette critique). Ah si, peut-être cette façon presque tendre de décrire le morbide (comment ça je m'enfonce?).

 

 

"M. Lisbon continuait d'essayer de la dégager, doucement, mais même dans notre ignorance nous savions que c'était sans espoir et qu'en dépit des yeux ouverts de Cecilia et de sa bouche qui ne cessait de se contracter, ce n'étaient que les nerfs et qu'elle avait réussi à s'arracher du monde."

Des adolescents amoureux s'efforcent de percer le mystère des filles Lisbon. Du haut d'une cabane nichée dans les arbres, ils passent leur temps à scruter les fenêtres de leur maison.

Vingt ans plus tard, ils rassemblent des fragments de ragots et de ouï-dire, de conversations téléphoniques, de rapports de médecins et de confessions crues et tourmentées. Autant de pièces à conviction qui expliqueront peut-être les morts successives de Cecilia, Therese, Bonnie, Lux et Mary.

 

Un récit qui donne un beau visage - Jørn Riel

Elégamment rédigé par Suny :: le 28/10/2007 à 14:19 :: Contrées lointaines

Voici le troisième des quatre livres envoyés par Messaline.

Il s'agit du premier tome d'une trilogie, La maison de mes pères (non, rien à voir avec Pagnol...), dans lequel un jeune eskimo (NB : pour ceux que comme moi le terme d'eskimo choquerait, je ne fais que reprendre les termes de l'auteur...) raconte des anecdotes qui ont marqué son enfance plutôt atypique.

Tout comme dans La passion secrète de Fjordur, on trouve ici des situations surprenantes, un humour franc et un naturel déconcertant, des personnages variés et attachants, des paysages frigorifiants et des coutumes chaleureuses, bref, un petit délice de bonne humeur et de pitreries en tous genres.

 

 

Dans ce premier tome d'une trilogie désormais célèbre, La maison de mes pères, Jørn Riel nous fait découvrir l'enfance d'Agojaraq, jene métis eskimo entouré de ses cinq pères possibles et de sa vieille nourrice Aviaja. Dans ce Grand Nord canadien empreint de la culture eskimo qui nous est ici donnée à découvrir, Jørn Riel compose une galerie de personnages aussi pittoresques et savoureux que ceux que ceux qui nous ont ravis et enchantés à la lecture de ses fameux "racontars". Tendresse et humour conjugués font de ce livre et des deux qui vont le suivre des chefs-d'oeuvre de gaieté littéraire, denrée rare entre toutes!

 

Un jour, je serai grande ! - Christelle Héron

Elégamment rédigé par Suny :: le 24/10/2007 à 22:37 :: Inclassables

Ce soir, j'ai le grand honneur de vous présenter un petit recueil de textes tout à fait délicieux, tout droit sorti de la plume de Christelle Héron, alias Antigone. Parce que oui, j'ai eu la bonne surprise en ouvrant mon colis swap de découvrir que ma swappeuse était elle aussi une amoureuse des mots, sauf que elle, elle a eu le courage de les faire éditer!

Et d'ailleurs, elle a bien fait.

On y trouve quatorze petits textes plein de tendresse, d'humour et d'émotions, et parfois de souvenirs cuisants... (Cour de récréation, c'est moi il y a une dizaine d'années, vraiment troublant...).

 

 

Quelques citations :

 

"(...) Lundi. 9h00. Dernier arrêt.

Pointeuse. Ascenseur.

Mon bureau silencieux.

Ouf! Il est l'heure de travailler.

Je vais enfin pouvoir souffler."

[Extrait de Petit trajet matinal]

 

"Les "autres" n'ont pas peur. Ils ne se sentent pas sales. Ils jouent à "je te regarde le plus longtemps parce que je suis le plus fort". C'est vrai, ils sont plus forts, ils sont cinq, et je suis seule."

[Extrait de Les autres]

 

"Je m'éloigne de la maison. Je prends le chemin qui coule vers la rivière. De petits cailloux volent dans mes rayons, dans un bruit de carillon. Je passe la passerelle étroite et je suis de l'autre côté, du côté des possibles."

[Extrait de À bicyclette]

 

Bon je vais pas non plus tout vous raconter, hein.

Vous trouverez cette petite merveille ici!

Et merci encore Antigone pour ce joli cadeau. :)

 

Swappée, moi? Ouais, encore...

Elégamment rédigé par Suny :: le 23/10/2007 à 19:32 :: On a aussi le droit de causer un peu

Mon second swap, le swap "Thé et Littérature" organisé par Loutarwen malgré son déménagement, son travail et toutes ses obligations, alors je me dois de commencer ce post par un grand remerciement : MERCI Loutarwen!!

 

Ensuite, bien sûr, il faut que je remercie Antigone pour ce colis tout en surprises, et que des bonnes! Antigone, si tu as pris plaisir à confectionner ce colis saches que j'en ai pris dix fois plus à le découvrir!! Merci encore!

 

 

Alors comme vous pouvez le constater, j'ai été hyper gâtée... ouais, vous avez le droit d'être jaloux!

Donc en premier j'ai ouvert la carte hein, logique, une carte rigolote, le style de l'artiste est assez spécial, il faut le dire, mais j'aime bien (alors ne t'en fais pas Antigone, moi pas choquée, moi agréablement surprise déjà rien qu'avec la carte, alors la suite promet hein ^^).

 

Ensuite j'ai ouvert la petite boite jaune, et Ô stupeur, quel est cet objet étrange? Une tasse spécial thé en vrac, avec le machin pour infuser qui s'adapte dessus, et même le couvercle, trop d'la balle. C'est tro-gé-nial (Suny et la découverte de la technologie...), là elle est sagement posée à côté de moi, le thé aux agrumes qui allait avec est tout simplement excellent, alors pour répondre à ta question, oui Antigone, tu as bien fait de prendre l'initiative!!

 

Puis on passe au compartiment livres, bien gardé par une jolie petite bébête qui je crois doit normalement pendouiller à un portable, mais vu que moi et la haute technologie ça fait douze ben j'ai même pas un portable qui fait porte-bijoux de portable (il fait que téléphone, point barre, et OUI ça existe encore ce genre d'antiquités), alors j'hésite à le mettre sur mon trousseau de clés mais quand on voit l'état de Winnie qui s'y trouve déjà, on se dit qu'il vaut mieux pas. Je suis donc toujours à la recherche d'un endroit où le faire pendouiller, et en attendant je le trimballe un peu partout dans ma maison (comme un chien avec son os, oui, ben quoi?)...

Je disais donc qu'après le thé (et la bébête), il y avait les livres.

J'ai tout d'abord eu l'agréable surprise (oui, une de plus, mais n'allez pas croire que j'ai trouvé ça monotone) de découvrir un petit livre écrit, tenez-vous bien, par ma swappeuse elle-même et en personne, Un jour, je serai grande!, par Christelle Héron de son vrai nom (je me permets hein, de toute façon quand tu seras célèbre tout le monde le connaîtra), que je voulais lire hier soir mais que j'ai pas eu la force de tendre le bras pour l'attraper et que du coup je me suis endormie >_<, mais je compte bien me rattraper ce soir si mes yeux m'en laissent le temps, et que vous pourrez découvrir ici avec d'autres textes, ou ici avec d'autres textes aussi. Dans tous les cas vous en entendrez parler très prochainement!

Ensuite, on a Trajets et itinéraires de l'oubli de Serge Brussolo, auteur dont j'entends parler depuis un certain temps et que j'avais bien envie de découvrir ; Déloger l'animal de Véronique Ovaldé, qui me tentait bien aussi ; et enfin, Le secret des abeilles de Sue Monk Kidd, totalement inconnu de moi, mais qui à première vue m'a l'air fort agréable et intéressant à lire ^^.

Et enfin, pour m'aider dans mes lectures, un marque-page sympa avec une citation tout à fait émouvante : "Je me suis agenouillée et j'ai soulevé le drap : elle avait un petit trou à la tête, mais derrière toute sa cervelle était sortie." Mignon, n'est-ce pas? (Pour ceux que ça intéresserait, j'ai cru comprendre que c'est tité du livre La mort d'Olga Marìa, d'Horacio Castellanos Moya, aux éditions Les Allusifs, je crois bien que de mon côté je vais me renseigner ^^).

 

Je crois que je vais m'arrêter là dans le monologue, juste pour conclure je tenais à re-remercier Antigone pour ce swap vraiment super, et puis Loutarwen aussi pour son organisation!

Je suis une légende - Richard Matheson

Elégamment rédigé par Suny :: le 21/10/2007 à 11:29 :: Fantastique, science-fiction

J'ai englouti ce livre en une journée (bon, il est pas bien épais mais j'avais quand même autre chose à faire à côté...), et pourtant j'ai du mal à dire s'il m'a vraiment plu ou pas. Il est plutôt étrange, un peu surprenant, peut-être un peu dérangeant aussi, je ne saurais vraiment le dire... Pourtant ce n'est qu'une approche parmi tant d'autres du mythe des vampires.

Mais il a quelque chose de vraiment original par rapport aux autres : il ne cherche pas vraiment à dépeindre la personnalité de ces créatures, leurs habitudes, leur psychologie, mais il cherche surtout à trouver une explication à ce "mal". Et il a opté pour l'explication scientifique, et il faut bien admettre que cette explication pourrait tenir la route. Ce roman date de 1954 et pourtant, foi de technicienne de laboratoire, les éléments scientifiques y sont vraiment très concordants. Ce roman aurait pu être écrit de nos jours, il aurait difficilement pu être mieux documenté...

Bon, il n'y a pas non plus que ça, on partage aussi l'histoire de Robert Neville, le seul rescapé de cette grande épidémie, on vit sa lutte pour survivre dans ce monde où il est maintenant seul contre tous, entouré des bêtes sauvages qui jadis étaient ses voisins... C'est un peu sordide, c'est sombre, parfois triste, jamais joyeux, mais je crois qu'au final, j'ai bien aimé ce livre.

 

 

Comme vous, il croyait que les vampires ne hantaient que les mythes de l'Europe centrale et la littérature d'épouvante. Comme vous, il se trompait. Il est aujourd'hui l'ultime survivant d'une étrange épidémie qui a fait subir à l'humanité une mutation irréversible : le virus (en fait l'éditeur raconte n'importe quoi, c'est une bactérie) qui contraint les hommes à se nourrir de sang les empêche aussi de mourir tout à fait et les oblige à fuir les rayons du soleil. Ainsi, chaque jour, Robert Neville doit organiser sa survie et chaque nuit subir les assauts des demi-morts affamés. Mais l'horreur atteint son paroysme lorsqu'il doit résister à l'appel suppliant de la femme qu'il aime...

C'était Charlton Heston qui incarnait à l'écran Le Survivant.

 

Copyright © Suny - Blog créé avec ZeBlog